CHASSEURS D'ORAGES




Une étincelle dans la nuit...

A l’horizon, la bête grogne. La nature s'apprête à démontrer sa toute puissance.

Un flash illumine la nuit dans un rugissement de fureur, l’orage arrive, il est en colère, plus déchaîné que jamais...

Ce spectacle vous terrifie autant qu’il vous attire ? Êtes-vous prêt à partir à la rencontre de ce phénomène atmosphérique?

Photographe de nature, je suis fasciné depuis longtemps par la magie des éléments, aurores boréales, voûte céleste, orages…

Je nourris ma passion de la photo par l’adrénaline de ces rencontres prestigieuses. Aujourd’hui, je vais vous donner quelques conseils pour mener à bien ce défi photographique.



Pour commencer, un petit mot sur les orages.


L’orage est une perturbation atmosphérique liée aux nuages de type cumulonimbus.

Ce phénomène se forme lorsque l’atmosphère est instable : L’air chaud près du sol, rencontre l’air froid en altitude.

Il se caractérise par des séries d’éclairs et de coups de tonnerre. Souvent, l’orage est accompagné par des phénomènes violents, fortes pluies, rafales de vent, chutes de grêle.

Parfois il peut même engendrer des tornades.

Les éclairs peuvent apparaître entre les nuages. Lorsqu’ils se déclenchent entre les nuages et le sol, on parle alors de coup de foudre.

Le tonnerre est le bruit émis par la vibration de l’air le long de la décharge électrique. Pour en savoir un peu plus je vous invite à aller dans la rubrique «orage» de www.meteofrance.fr




Appréhender l’orage.

Pour vous préparer à cette rencontre, il est important de connaître les signes précurseurs d’un orage. Il faut savoir qu’en France, on recense chaque année plus de 400000 impacts de foudre.

Pour qu’un orage éclate, il faut qu’un puissant courant ascendant donne naissance à un cumulonimbus.

Le relief joue souvent un rôle capital, en aidant les masses d’air chaudes, poussées par le vent, à s’élever le long des pentes (montagnes). Le sol longuement chauffé par les journées d’été, peut, lui aussi, favoriser le phénomène, en réchauffant la basse couche atmosphérique.

De ce fait, les orages sont plus fréquents en été qu’en hiver, et on en dénombre davantage sur terre que sur mer, notamment en montagne.

Les signes précurseurs: Le ciel s’assombrit, de grosses masses nuageuses s’accumulent, les vents se renforcent et tournent en bourrasques.



Il y a de nombreuses applications pour suivre en temps réel l’évolution des cellules orageuses: «My radar, Windy, prévisions du vent, Météo et Radar France, Prévisions Météo et Radar» Ainsi que de nombreux sites, comme:

www.keraunos, www.météociel.fr, www.meteo60.fr...

Le plus compliqué, dans la chasse aux orages, est de trouver le bon positionnement par rapport à la cellule orageuse.

Celle-ci se déplace, parfois très rapidement, et il faut anticiper au maximum.

Si vous prenez l'orage de front, vous allez certainement pouvoir réaliser de bons clichés... au début ! Puis très vite, vous allez vous retrouver en plein cœur de celui-ci, au milieu de fortes pluies et rafales de vent, qui rendront l'exercice impossible, voire très dangereux !

Vous risquez de ne plus rien y voir, d'endommager votre matériel, et le plus grave, vous serez à la merci de la foudre, qui ne vous fera pas de cadeaux. Donc à éviter !

Si vous vous placez derrière celui-ci, vous réaliserez peut-être de bons clichés, mais l'orage qui se déplacera, prendra vite de la distance avec vous, et vous allez devoir courir derrière lui à de nombreuses reprises.

Pour moi, la méthode la plus efficace, et la moins dangereuse, consiste à se placer sur un coté de la cellule, en anticipant sa venue, 3/4 face (à bonne distance), vous pourrez ainsi voir passer l'orage, sans vous retrouver dessous.

Le fait de rester à bonne distance, vous permettra de suivre un éventuel changement de cap et d'anticiper.

Dans tous les cas, vous prendrez des risques, car un orage est un élément naturel dont il est impossible d'anticiper la force, la direction et la durée.



Sous la foudre on ne joue pas avec le feu !!!

A mon sens, La chose la plus importante lorsqu’on décide de partir chasser les orages c'est : LA SECURITE !

Aborder une tempête, c’est avant tout se mettre en danger, Il faut savoir que la foudre peut atteindre la température de 30000°c au sol et qu’elle touche entre 100 et 300 personnes chaque année.

Elle est imprévisible, et peut frapper n’importe où, à tout moment. Mais la foudre n’est pas le seul élément dont il faut se méfier, en général les orages sont accompagnés de fortes pluies et de chutes de grêle, qui peuvent provoquer des inondations soudaines, voire des glissements de terrains.

Le vent, lui aussi, est susceptible de vous mettre en danger, chutes d’arbres ou autres. Lorsqu’on chasse les orages, on fait de nombreux kilomètres et toutes les contraintes évoquées précédemment, accentuent grandement les risques d’accidents de la route.